Mikhail M. Tetyaev – victime de la terreur stalinienne

Arrêté en juin 1949.
Condamné : par CCA sous le Ministère de la Sécurité d’État de l’URSS le 28 octobre 1950, obv.: 58 n° 6, 7, 10, 11 (« affaire de Krasnoïarsk »).
Sentence : 25 ans du camp de travail forcé (ITL) et confiscation des biens.
Envoyé : à OTB-1 à Krasnoïarsk.
A l’époque, il a 67 ans !

Historique de “l’affaire Krasnoyarsk”

Pour présenter le contexte et les causes de cette “affaire Krasnoïarsk” appelée aussi “affaire des géologues”, nous allons citer quelques auteurs qui les expliquent bien. Mais exceptionnellement, leur mots ne seront pas encadrés. Et ce pour les mettre en exergue.

Voici ce qu’en dit А. Polushine dans “Souvenons-nous de leurs noms” :

Le 3 mars 1945, le journal Pravda a publié un grand article “Le problème de Minusinsk” de A.F. Shestakova, correspondant spécial de ce journal dans la région de Krasnoïarsk. Dans ce document, il est question des gisements de métaux non ferreux dans le sud de la région, et l’idée que l’on dispose ici de nombreux gisements dont le minerai a été extrait dans l’antiquité profonde et plus tard, depuis 18 siècles, et a maintenant d’énormes perspectives, mais ne sert pas les gens parce que leur étude et l’exploration ne sont pas menées correctement. Ce n’est pas encore très clair, mais on a déjà entendu dire qu’il s’agissait de machinations d’ennemis du peuple, en premier lieu parmi les géologues.
Sous la direction de l’auteur de cet article, une activité fébrile a commencé à collecter des matériaux et à compiler des documents, compromettant les meilleurs représentants de la science et de la pratique géologiques. Les “Actes” de A.F.Shestakova étaient pleins d’expressions contre les géologues tels que “fossoyeurs des minéraux de la région de Krasnoyarsk”, “vieux chiens-loups du Gudkov Geolkom de Sibérie” (P.P.Gudkov était son directeur et en 1919. Au printemps 1949, dans le territoire de Krasnoïarsk, “les plus vieux chiens-loups du Comité géologique sibérien Gudkov (P.P. Gudkov en était le directeur en 1919 et est parti en Amérique, “crime devant l’État et le peuple”, “il est temps d’ouvrir les yeux de la jeunesse géologique soviétique sur toutes les mesquineries de la chute de certains représentants du comité géologique tsariste, des participants et des employés des sociétés anonymes étrangères”, “voleurs du service géologique”, “comme “était un coquin, donc mourra probablement”, “ils auraient dû être mis en prison depuis longtemps et ne pas croire quand ils assurent qu’ils “ont changé de voie” etc.

Yuri Bretstein explique dans “Les campagnes politiques en URSS en 1949-53” :

L'”affaire Krasnoyarsk” a commencé par une charmante accusation directe des géologues de “l’absence d’uranium dans le kraï de Krasnoyarsk” – les “coupables” dans cette affaire, bien sûr, étaient des géologues ravageurs. À la fin, cette affaire a pris la forme d’une action répressive de masse visant le “sabotage”, l'”espionnage” et les “activités contre-révolutionnaires”. Grigoriev, qui s’est vu confier le rôle de ” chef d’une organisation de sabotage ” selon le scénario, a été brutalement torturé. L’académicien est décédé en mai après un nouvel interrogatoire, n’ayant pu résister à la torture. 

Et voici ce que Vladimir Pomerantsev se souvient de son dialogue avec un chef de parti dans “A travers les prisons tsaristes et staliniennes” :

… tout ce que je vous dis restera entre nous…

Bien. Immédiatement après la prise de Berlin par nos troupes, sept sacs de documents top secrets concernant la région de Krasnoïarsk sont tombés entre les mains de nos services de renseignements. Savez-vous ce qu’est la tache blanche d’Edelstein ? Non. Au début de ce siècle, Edelstein – le plus grand géologue de Sibérie – a donné une description négative de l’avenir du sud de la région de Krasnoïarsk. Il n’y voyait aucune perspective minière. Dans la partie orientale des monts Sayan Sayan et de l’Altaï, Edelstein a prédit un avenir brillant, mais le milieu entre ces zones, à son avis, était sans espoir pour une utilisation industrielle. C’est ainsi qu’une expression ailée est apparue chez les géologues à propos de la tache blanche d’Edelstein.

Et imaginez que les sept sacs de Berlin trouvés contiennent des informations qui réfutent les prédictions d’Edelstein. Une sensation ! Mais il n’est venu à l’esprit de personne, au sein du service de sécurité de l’État, de vérifier la plausibilité de cette sensation chez les géologues soviétiques les plus éminents. Au contraire, tous les géologues éminents – Kreiter, Rusakov, Tetyaev, Shamanskiy, Baryshev et bien d’autres – ont d’abord été soupçonnés de soutenir délibérément les prévisions d’Edelstein, de dissimuler délibérément les richesses du sous-sol de la région sud de Krasnoyarsk. Pour qui ? Pour la bourgeoisie mondiale, bien sûr, qui, tôt ou tard, viendra “régner et gouverner” sur nous.

Mais un géologue spécialisé était indispensable. C’est là que Shestakova est intervenue. Géologue de formation et journaliste de profession, elle a immédiatement compris non seulement la valeur scientifique et pratique des sacs de Berlin, mais aussi son intérêt personnel. Elle s’est rendue indispensable, non sans l’aide de Beria, dans le dossier de Krasnoyarsk. Sept sacs ont été transportés à Krasnoyarsk, une pièce blindée spéciale leur a été réservée, et la clé de cette pièce n’est conservée que par Shestakova. Même le général Panyukov n’a pas accès à cette pièce.

Ainsi, il est considéré sans aucune vérification, si ce n’est en tenant compte de l’opinion de Shestakova lui-même, que dans le sud du territoire de Krasnoyarsk il y a une richesse incommensurable, cachée au peuple soviétique par les parasites – les géologues. Cela signifie que ces richesses doivent être mises au service de l’économie nationale le plus rapidement possible. La région du sud du kraï de Krasnoïarsk est vaste et l’organisation dédiée à son développement doit l’être aussi. C’est ainsi qu’est apparu Glaveneystroy. Et les nuisibles ? Vous connaissez leur sort mieux que moi : Barychev s’est suicidé, Ushinsky et Shemansky sont morts en prison, Kreiter, Rusakov et Tetyaev sont dans l’OTB-1… C’est ce qu’est Shestakova et c’est ce qu’est Glaveniseystroy…

comment se passait leur travail ?

Un Bureau technique spécial (OTB-1) est créé à Yeniseystroi, composé de prisonniers spécialisés (géologues, concentrateurs, chimistes, etc.). (…) Tous : ils ont mené des recherches scientifiques sur les gisements et les zones d’activité : “Yeniseistroy”, ont effectué (sous escorte) des travaux sur le terrain, ont rédigé des rapports géologiques, mais sont restés anonymes. L’endroit dans leurs rapports, où habituellement les noms des auteurs sont indiqués, n’a pas été rempli. (А. Polushine, “Souvenons-nous de leurs noms”)

Ils étaient payés pour leur travail : 60 roubles par mois.

A savoir le salaire moyen à l’époque était 660 roubles, et à titre de curiosité : le salaire d’un garde du corps ou quelqu’un d’entourage proche de Staline était de 5 300 r. (source : O. Klevniuk “Staline”).

Prof. Mikhail M. Tetyaev – condamné à 25 ans de GOULAG

Nous allons ressortir quelques phrases de I. V. Arkhanghelski

(…) En novembre 1948, il reçut l’Ordre de Lénine, et en juin 1949, il fut arrêté. Condamné à l’emprisonnement dans des camps de travail pendant 25 ans. Dans le camp Géologue Botal, il était le géologue en chef de Yeniseystroy.
Il était arrêté sur le prétendu “cas de géologues”, également appelé “l’affaire Krasnoyarsk”.

(…) M.M. Tetyaev a été réhabilité le 31 mars 1954.
Un brillant professeur, Tetyaev est retourné après quatre ans d’absence, dans son institut natal, brisé, fatigué d’expériences, privé de son ancienne présence impressionnante. Il a été réintégré dans ses droits en tant que doyen, est redevenu chef du département, mais il était déjà une autre personne. Il mourut bientôt (1956)

source, page 3.“Notes du diplômé de l’Institut des Mines” (en russe)
Témoignage

“Notes du diplômé de l’Institut des Mines”

I. V. Arkhanghelskiy

(…) le cas de “sabotage” parmi les géologues était strictement caché. Aucun message à ce propos n’est pas imprimé ou entendu à la radio.

Tout a commencé en mars 1949. Les géologues ont été accusés de “saper l’industrie d’Etat” et de “dissimuler les dépôts”, de “sabotage”.
Ces charges méchantes étaient fondées sur des fausses dénonciations de plusieurs géologues et journalistes et ont servi de base à la répression de centaines de géologues, allant du ministre de la Géologie I.I. Malyshev et se terminant avec des géologues ordinaires.
Sur le “cas des géologues”, le ministre de la Sécurité de l’époque Abakumov a rapporté à la direction du parti. Il s’est vanté de nombre de géologues “parasites”, confiés aux organes de sécurité, envoyés en prison. Même Staline n’a pas pu s’empêcher de dire : «Abakumov, ne te vante pas de tant de géologues arrêtés, il n’y aura personne à diriger les explorations du sous-sol.”
À la fin, tous les géologues ont été réhabilités. Mais cela ne s’est produit qu’après la mort de Staline. Et de nombreux géologues ont été réhabilités à titre posthume.
 
source, page 3. (en russe)
Témoignage

Quelques souvenirs de Valentina Gheorghievna Perelomova

Ses écrits sont si précieux… Qu’elle en soit remerciée.

(…)

… La première impression était terrible. Ici, tout était différent: le ciel et l’air, la terre et les maisons. C’était une planète différente ! Après tout, avant que je suis entrée ici, un grand travail a été fait : mon esprit a été formé au fait que certains ennemis du peuple vivent ici et que je dois rester loin d’eux, à distance.
Les prisonniers dans OTB-1 étaient très attentifs à moi, ils étaient remarquables (…). J’ai été placé dans la salle d’entrée où Mikhaïl Mikhaïlovitch Tetiaev, un professeur, docteur en sciences de Leningrad, était un homme bien. Je me souviens toujours de lui avec plaisir et gratitude. Il est blasphématoire de se rendre compte que s’il n’y avait pas eu une telle situation, je n’aurais jamais pu rencontrer et travailler avec de telles personnes et des spécialistes d’un tel niveau.
Je me suis progressivement habituée à la situation inhabituelle, mais tout le temps que j’ai travaillé là-bas, je n’ai jamais été abandonnée par la peur. Et puis pendant longtemps, pendant de nombreuses années, j’ai ressenti une oppression morale, et, à mon avis, ce sentiment m’accompagne encore maintennant.

Dans la même pièce travaillait Pogonia. Du passage à notre pièce, j’étais séparée par une armoire en bois. La fenêtre de la pièce était à l’entrée et nous travaillions toute la journée à la lumière électrique. Cela m’inquiétait et j’étais doublement fatiguée. Je vivais différemment – parfois dans un hôtel, mais plus souvent, quand je le pouvais, j’occupais un coin. Il n’y avait pas assez d’argent pour une pièce séparée.

Le travail absorbé tout le temps : « à la maison » j’ai appris des bases de la géologie. Pogonia m’a donné des devoirs « à la maison ». Au travail, je renforçais le matériel préparé. Personne ne refusait de m’aider. Un tel coryphée de la science, comme le professeur Alexander Yakovlevich Bulynnikov, m’a conseillé sur la pétrographie – le sujet le plus nécessaire pour moi. Toute ma vie, je lui en suis reconnaissante. Docteur ès sciences, Professeur Vladimir Mikhaïlovitch Kreiter, Académicien Mikhaïl Petrovitch Rusakov et, bien sûr, mon cher Mikhaïl Mikhaïlovitch Tetiaev.
Mes collègues au travail (laissez-moi les nommer ainsi) dans cette atmosphère terrible se tenaient à l’aise et ne ressemblaient pas du tout aux ennemis. Au contraire, ils étaient polis et discrets. Je n’ai jamais douté de la sincérité de l’un d’eux.

(…)

Le début de mars était alarmant : des rumeurs circulaient selon lesquelles Staline était malade … Dans l’OTB-1, il y avait peu de postes radio, seulement chez les autorités, mais les «contre» (zeki) savaient tout d’avance ce qui nous attendait. Dans notre pièce, ils m’attendaient avec des nouvelles, et je ne pouvais pas leur en dire plus qu’ils ne savaient déjà. J’ai vécu à cette époque dans la cuisine d’un appartement privé où il n’y avait pas non plus de radio.

Ce n’est pas facile pour moi de décrire l’atmosphère qui a enveloppé « notre planète ». Tout le monde était mystérieux et retiré. La vigilance était particulièrement ressentie parmi les officiers et le convoi. Le passage est devenu plus rigoureux.

Je faisais très rarement de la contrebande : je mourais de peur. Mais j’apportais du thé, une fois la vodka, des biens disponibles comme du fromage, des bonbons, des saucisses fraîches, – quand j’ai réussi à acheter. A Krasnoïarsk la saucisse n’était toujours pas là, mais si c’était le cas, elle était délicieuse : avec du thé, des doctorats, de la linguistique et d’autres encore.

5 mars 1953. À 4 heures de l’après-midi, j’ai été convoqué au département opératoire. Pour la centième fois en train de mourir de peur, j’y vais. Le poker est strict, sans fioriture.

« Aujourd’hui, à 17 heures, un message sera transmis à la radio sur la mort du camarade Staline. Vous êtes responsable de l’ordre. Vous tous les prisonniers de votre département devez vous rassembler dans le bureau de Dmitri Ivanovich Musatov. Assurez-vous qu’il n’y a pas de provocations, je vous demanderai les comptes (!) »

J’ai couru dans ma chambre. J’étais attendue, inquiets pour moi, comme toujours, quand ils m’ont appelé là-bas. J’ai immédiatement laissé échapper la nouvelle. Mikhaïl Mikhaïlovitch a déclaré: « Dieu merci, nous y sommes arrivés. »

Je suis allé dans une autre pièce où travaillaient les employés de notre département. C’était une grande pièce, il y avait dix personnes. Là j’allais rarement si bien qu’ils m’ont regardé avec attention.

J’ai dit: « Chers camarades, écoutez un peu ! » Et j’ai répété ce que j’ai entendu dans l’opération.

Silence – incomparable. AB-SO-LU. L’académicien Rusakov se leva de son siège, s’approcha de moi et dit :

« Ma chérie, merci pour la bonne nouvelle, tout sera comme il se doit, s’il te plaît, ne t’inquiète pas. »

Témoignage

 “L’affaire Krasnoyarsk”

L. P. Belyakov

Extraits sur les tortures

(…)

L’affaire Krasnoyarsk”, qui a commencé par la recherche des “coupables” de l’absence de gisements d’uranium dans le kraï de Krasnoyarsk, a pris le caractère d’une action répressive à grande échelle contre le “sabotage”, l'”espionnage”, les “activités contre-révolutionnaires” dans le département géologique.
En mars-juin 1949, à Leningrad, Moscou, Krasnoïarsk, Tomsk et dans d’autres villes du pays, une trentaine de géologues ont été arrêtés “pour participation à un groupe antisoviétique”, parmi lesquels des scientifiques et des enseignants renommés, de grands spécialistes et des employés du ministère de la géologie.

Les personnes arrêtées ont été emmenées en train et en avion à Moscou, à la Loubianka, où l’enquête a été menée, et placées dans des cellules d’isolement. Les longs mois de souffrance ont commencé. Voici le témoignage de M.P.Rusakov : “Choc mental dû à ce régime extrêmement strict, aux procédures humiliantes, aux insomnies chroniques et aux cauchemars de courtes siestes, aux interrogatoires avec tortures, aux jurons insultants sans fin, à l’épuisement catastrophique, aux crises cardiaques, etc, et l’épuisement avaient atteint un tel point que, premièrement, j’ai commencé à écrire tout mon témoignage sous la dictée des enquêteurs avec la phrase stéréotypée “Je, soussigné, plaide coupable d’avoir saboté ….”. ou par haine de la puissance soviétique”, etc. Et après avoir convoqué un certain “spécialiste de l’éducation physique”, j’ai accepté de signer tous les protocoles et je les ai signés sans les lire, sachant d’avance que tout ce qu’ils contenaient était déformé du début à la fin… Toutes les accusations ont été faites avec d’incroyables fabrications calomnieuses, mélangées à des informations “de renseignement” obtenues de nulle part, et avec un mépris total des faits, sans appeler aucun témoin. Toutes ces informations ont été intégrées dans un schéma élaboré au préalable par l’enquêteur. Elles ont été confirmées par des “confrontations”. D’autres accusés se trouvaient dans une situation similaire.

Après la libération

(…)

La libération a eu lieu après la mort de Staline. Le libellé des certificats de réhabilitation du 31 mars et du 10 avril 1954 est caractéristique : “Le décret du Conseil régional du 28.10.50 a été annulé et l’affaire a été classée faute de preuve des charges”. L’État n’a pas jugé bon de présenter des excuses aux victimes. Cependant, il ne s’excuse pas devant les réprimés jusqu’à présent, tout en délivrant des certificats avec la conclusion “la procédure judiciaire a été clôturée pour absence de corpus delicti”.
Témoignage

“Affaire Krasnoïarsk” des géologues

Н. Y. Godlevskaya, I. V. Kreiter

Extraits sur les causes

Afin de rétablir la justice et la vérité, rapportons ce que nous savons du malheur qui a frappé les géologues en 1949. Parmi eux se trouvaient d’éminents scientifiques : académiciens, membres correspondants, docteurs en sciences, professeurs, spécialistes réputés des ressources minérales, de la géophysique, de la géomorphologie, etc. La plupart d’entre eux étaient de véritables intellectuels. Faisons attention au mot “intelligentsia” – il a été particulièrement haï et persécuté au cours des soixante-dix dernières années. Mentionnons les criminels et les bourreaux qui ont opéré jusqu’à récemment.
Comment est née l’affaire des géologues de 1949 ? À cette époque, le rédacteur en chef de la Pravda était P.N. Pospelov, et l’un de ses correspondants était A.F. Shestakova. Elle était connue de beaucoup de gens. Elle a visité des instituts, des institutions et des conférences, et elle était typique, comme d’autres à l’époque, du besoin hystérique de chercher des parasites dans la science, la technologie et l’économie nationale du pays. Lors de l’un de ses voyages d’affaires à Krasnoyarsk, Shestakova a visité un trust géologique. Voici ce que I.A. Pauker, qui était géologue du géotest de Krasnoïarsk en 1938 et qui a ensuite travaillé au ministère de la Géologie de la RSFSR, a dit de cette visite de M.N. et N.Y. Godlevsky : “On lui a montré une collection d’échantillons, y compris une exposition de vitrine ; on lui a expliqué la composition des minéraux et les fossiles qui leur sont associés. Parmi les spécimens exposés dans la vitrine se trouvait un échantillon de tyamunite, et on lui a expliqué qu’il s’agissait d’un minerai d’uranium. Il s’est avéré que quelqu’un des géologues a apporté cet échantillon de Fergana (Tyuyamuyun est un gisement d’uranium), l’a mis dans la vitrine, et cela n’avait rien à voir avec les minéraux sibériens. Cependant, lorsqu’elle a vu le minerai, Mme Shestakova a déclaré qu’il existait apparemment un gisement d’uranium dans le kraï de Krasnoyarsk, qui est toujours caché au gouvernement”. De la vitrine du trust, la tyamunite a été envoyée à Moscou au célèbre chimiste-analyste Nenadkevich qui, ne sachant pas qu’il s’agissait d’un échantillon de Fergana, a déclaré qu’elle contenait 1,5% d’uranium et qu’il fallait chercher un gisement indigène (rapport du professeur F.I. Wolfson). Pour la version de Shestakova, c’était suffisant.
Voici ce que le professeur A.P. Solovov se souvient avoir assisté à une réunion au ministère de la Géologie en 1948, où était organisée une exposition sur les progrès de la géologie, comprenant de vastes stands de Glavgeofizika ; M. Solovov, alors ingénieur en chef du bureau principal, donnait des explications près d’eux. Le soir, le jour de l’ouverture de la réunion, cette correspondante a été conduite aux stands par M.I.Gurevich, qui l’a présentée à Solovovov et lui a demandé de lui faire visiter l’exposition. “J’ai,” dit Alexandre Petrovitch, “essayé de le faire. Cependant, quel que soit le sujet abordé – croissance des études sismiques ou du nombre de spécialistes, résultats géologiques des travaux géophysiques ou dislocation des trusts géophysiques, le correspondant interrompait invariablement toutes les explications par la question : “Et dans le kraï de Krasnoïarsk ? En général, dit Alexandr Petrovitch, elle m’a laissé une impression si étrange qu’après m’être séparé d’elle et m’être adressé au géophysicien en chef du quartier général A.I.Dyukov qui était là, je l’ai qualifiée de psychopathe.
La tempête a éclaté un an plus tard. Pendant deux semaines entières, tout l’appareil central a été occupé à rédiger divers rapports sur l’état des choses, où apparaissait invariablement la ligne suivante : “…y compris dans la région de Krasnoïarsk…”. “Les têtes ont volé, – poursuit A.P. Solovov, – de nouvelles personnes sont apparues, des arrestations massives de scientifiques dits bourgeois – ils ont capturé le ministre de la géologie I.I. Malyshev et son entourage. Le lien entre tout cela et la visite du correspondant susmentionné ne fait aucun doute”. A Moscou, par l’intermédiaire de Pospelov, la version de Shestakova concernant la dissimulation d’un gisement d’uranium en Sibérie par des géologues a été présentée à Staline. Il a convoqué le ministre de la géologie Malyshev et lui a demandé : “Quelles sont vos richesses en Sibérie ?” Il a répondu : “Cuivre, nickel, cobalt, platine, or.” Staline a dit : “Vous avez été trompés par des parasites – il y a de l’uranium là-bas.” Les recherches ont commencé, des trusts ont été créés, des expéditions ont travaillé, à la recherche d’uranium. Des centaines de millions de roubles ont été dépensés pour cette recherche – en vain. L’uranium n’était pas en Sibérie, il n’y est toujours pas (rapports des professeurs F.I.Wolfson et V.M.Kreiter). Néanmoins, “le grand chef” a décidé qu’on lui cachait des gisements de matières premières d’une telle importance stratégique et a ordonné de trouver des spécialistes qui avaient travaillé ou consulté en Sibérie, de les réprimer et de lancer une affaire qui a été appelée plus tard “l’affaire des géologues de 1949” ou “l’affaire Krasnoyarsk”. En 1949, 27 personnes ont été arrêtées.


Les derniers à être arrêtés à la suite de l’enquête, menée en violation de la loi, ont été l’académicien M.P. Rusakov et le professeur V.M. Kreiter, docteur en sciences géologiques et minéralogiques. Comme toutes les personnes arrêtées dans le cadre de l'”affaire des géologues”, ils ont été inculpés de mauvaise évaluation et de dissimulation délibérée de gisements minéraux, de sabotage et de la plupart des paragraphes de l’article 58 du code pénal : espionnage, propagande contre-révolutionnaire, etc. Vladimir Mikhailovich a été condamné par la Commission spéciale à 25 ans de prison et à la confiscation de ses biens, ce qui n’a pas empêché le “saboteur” Kreiter d’être envoyé travailler comme géologue à Yeniseystroi.

Lettre adressée au camarade N.S. Khrouchtchev, Premier Secrétaire du Comité Central du PCUS.

En 1949, à l’aide de la calomnie et de l’utilisation de personnes indignes, Anastasia Shestakova, une ancienne employée du journal Pravda, a réussi à accuser Beria et Abakumov et à mettre 27 géologues derrière les barreaux, dont quatre académiciens et membres correspondants de l’Académie des sciences de l’URSS et dix professeurs, docteurs en sciences géologiques-minéralogiques. Toutes ces personnes ont innocemment purgé 5 ans de peine. Parmi eux, 6 sont morts en prison et dans les camps, dont l’académicien I. F. Grigoriev, les professeurs V. K. Kotulsky, Y. S. Edelshtein, B. L. Shamansky, M. I. Gurevich et Y. M. Romm.
Les survivants, ainsi que les géologues morts en prison et dans les camps, ont été entièrement réhabilités par la décision de la Cour suprême de l’URSS du 31 mars 1954.
Shestakova porte une énorme responsabilité non seulement pour l’emprisonnement et la mort de géologues, mais aussi pour plusieurs centaines de millions de roubles, dilapidés sans but et de manière irresponsable par Yenisseistroy, pour avoir injustement frappé des milliers de géologues, qui ont étudié et travaillé à partir des livres des professeurs réprimés. Elle est également responsable du fait que, pendant cinq ans, des sommes considérables ont été dépensées pour éliminer les conséquences d’un sabotage qui n’a jamais existé. Cette mère calomniatrice, qui, dès janvier 1953, est venue à Krasnoyarsk pour voir, comme elle le disait, ses prisonniers, vit toujours dans la maison du Comité central du PCUS et reste pratiquement impunie. L’impunité totale de Shestakova A.F. et l’inviolabilité particulière de sa personne surprennent et offensent la communauté géologique. Nous ne comprenons pas du tout pourquoi Mme Shestakova n’a pas encore répondu de ses calomnies subtiles et malveillantes qui ont entraîné la mort, un énorme préjudice pour la production géologique, la dépense inutile de fonds considérables, etc. C’est pourquoi nous faisons appel à vous, Nikita Sergeevich, car nous sommes convaincus de votre équité et de votre capacité à trouver rapidement les vrais coupables.

Docteur en sciences géologiques et minéralogiques
Professeur Kreiter du Minsvetzoloto

source “КРАСНОЯРСКОЕ ДЕЛО” ГЕОЛОГОВ (en russe)

NDLR. Shestakova a été exclue du parti. C’était la punition suite à cette lettre de Kreiter.

plus d’info

Entre autres :

– une gazette “30 октября” (“30 octobre” #41 et #116 (en russe)

– site sur Krasnoiarsk memorial.krsk.ru

– site Мемориальный музей НКВД (nkvd.tomsk.ru)