Entre 1895 et 1903 – 1980

Ekaterina Vsevolodovna Tetyaev

Deuxième femme de Mikhail Mikhailovitch.

Fille de Vsevolod Nikolaevich Bochkarev et de Maria Omalievna Keller, Française d’origine.

Mère de Tatiana.

Quelques dates

1895 – 1903 – naissance, à Irkoutsk probablement.

1903 – décès de sa mère.

1922 – mariage avec le Professeur Mikhail Mikhailovitch Tetyaev, géologue. Déménagement à Leningrad.

1925 – naissance de leur fille Tatiana.

1949 – son mari est condamné aux travaux forcés « Travaux de Krasnoyarsk ».

1954 – son mari est libéré.

1956 – décès de son mari.

1980 – décès de Ekaterina.

Sa vie

Elle est la plus jeune fille de Vsevolod Nikolaevich Bochkarev, marchand d’Irkoutsk de la 2e guilde de la fin du 19e siècle et du début 20e, et de Maria Omalievna Keller, Française originaire de la ville d’Orléans,.

Après le décès de sa mère, Ekaterina est élevée par la sœur de sa mère, Margarita Omalievna.

Ekaterina est décédée en 1980, à St Petersbourg probablement.

Les informations sur Ekaterina et ses parents viennent du témoignage de son cousin, arrière petit-fils de sa sœur, V.K. Gaiduk.
Il témoigne aussi que Ekaterina vivait bien et en sécurité avec le Prof. M. M. Tetyaev.

Source: Vadim Konstantinovich Gaïdouk
Témoignage de sa générosité
Valentina Gheorghievna Perelomova , exilée avec Mikhail Mikhailovitch Tetyaev, raconte…

… nous sommes allés à Leningrad pour rencontrer Mikhail Mikhaïlovitch Tetiaev. Les Tetiaev vivaient dans un vieux manoir où se trouvait l’ambassade américaine avant la révolution. Leur appartement se composait d’une chambre à coucher, d’un grand bureau, d’un couloir, d’une salle à manger et d’une cuisine.
Ils nous ont reçu très gentiment. (…)

Le soir, rassemblés autour de la table, ils partageaient leurs souvenirs de l’OTB-1 (Krasnoïarsk). La femme de Mikhaïl Mikhaïlovitch (je ne me souviens pas de son prénom) était surprise d’apprendre tout cela. Je me souviens bien comment ils ont servi le plat principal – ils ont mangé un plat d’accompagnement tandis qu’ils m’ont donné des côtelettes .

« Presque de la viande » – a déclaré Mikhail Mikhailovich et a poursuivi en français. Mon ami Pogonia m’a traduit plus tard : « Pas parce qu’ils étaient rassasiés mais parce que tu avais faim. » Aujourd’hui cela semble ridicule.

Son père

Vsevolod Nikolaevich Bochkarev

Il est né vers 1852 à Perm (?).
Marchand de la 2e guilde de la fin du 19e siècle et du début 20e à Irkoutsk.
2e guilde veut dire non grossiste.

Bochkarev avait un destin très intéressant et inhabituel. Il a été acheté à l’âge de 8 ans dans l’une des auberges de Perm.

Vadim Konstantinovich Gaïduk, un arrière-petit-fils de V.N. Bochkarev, a écrit :

«Quelque temps en 1860, un marchand d’Irkoutsk, revenant de l’ouest de la Russie, s’arrêta dans une auberge des environs de Perm. Eh bien, dans la matinée, il doit reprendre la route, vers la Sibérie. La propriétaire lui offre ce qu’il veut manger et ils entament une conversation simple. Le garçon de huit ans traîne le samovar à seau, le pose sur la cheminée et l’allume près du poêle.

– «Wow, il est si rapide, il me plaît beaucoup.»
– «C’est mon neveu. Sa sœur lui a donné naissance et elle est morte.»
– «Eh bien, qu’en est-il de son père ?»
– « Un homme seul, qu’est-ce qu’il en ferait-il, vraiment ; il vient très rarement, il regarde son fils et ne fait même pas preuve de la moindre attention et il s’en va. Maintenant, Sevka est à moi et c’est lui qui m’attache. Bolshak est passé de l’autre côté de la ville, personne ne vient jamais me voir, pas de revenu de l’auberge, alors c’est comme ça que Sevka et moi vivons.”

Pendant ce temps, Sevka fait bouillir le samovar, et avec l’eau bouillante, Sevka le pose sur la table, tandis que le marchand continue à regarder le garçon avec une attention croissante. Le garçon accomplit sa tâche et, sans être importuné, sortit du salon de l’auberge.

“Écoutez, Madame“, dit le marchand en prenant une gorgée de son thé chaud, “vendez-moi cet enfant. Combien je peux vous en donner ?”
– Ce n’est pas une question d’argent, tant que vous ne lui faites pas de mal.
– “Ce sera à votre convenance.”
– «Alors donne-moi un rouble et ça suffira.»
Le marchand a donné trois roubles, et “gardez le reste”, a-t-il dit.

La propriétaire de l’auberge lui a donné un document, comme un acte de naissance, où il était écrit “Bochkarov Vsevolod Nikolaevich”.

Le Sevka ravi, avec son sac vite fait, monta dans un chariot avec le marchand et se rendit à Irkoutsk. Ce marchand l’a éduqué, et il s’est montré doué pour les études au gymnase, il en est sorti diplômé, et est devenu le gérant des affaires de ce marchand, qui a remplacé son père.

Et plus tard un célèbre marchand d’Irkoutsk.

Plus tard, Vsevolod Nikolaevich Bochkarev est devenu le propriétaire de la maison de commerce «V.N. Bochkarev » dans la rue Pesterevskaya (au coin de la rue Bolchoï) (maintenant – rue Uritsky, 1; aile du bâtiment, face à la rue Karl Marx). En 1893, il ouvrit un magasin spécialisé à Irkoutsk proposant un grand choix de produits photographiques.
Il était aussi propriétaire de l’hôtel « Hôtel Central ».

En 1895 – il a été candidat à l’adhésion à la société marchande de la participation à la taxe municipale et deux fois (1902-1905 et 1906-1909) a été élu de la Douma de la ville d’Irkoutsk.
Selon A.V. Petrova et MM. Plotnikova « en 1902, l’ancien de l’église (vraisemblablement l’église Kharlampievskaya).
En 1906 – membre de la commission électorale de la circonscription de la Douma d’État. Membre de la commission d’audit de la banque de la Maison du Sirop E. Medvednikova.
En 1909 – membre de la commission de la Modification du montant des honoraires pour l’entretien d’un collège commercial. »

En 1919 V.N. Bochkarev tombe malade de la fièvre typhoïde et décède. Il est enterré dans la clôture de l’église Kharlampievskaya.

Aujourd’hui le manoir de Bochkarev au 30a, rue Stepan Razin est un monument historique et culturel. Il a cédé le domaine à la ville avant son décès, au tout début du 20e siècle en le destinant aux orphelins.
En 2008, le bâtiment a été partiellement restauré et est devenu le siège de la bibliothèque régionale pour les malvoyants et la filiale régionale d’Irkoutsk de la Société russe des malvoyants.

Source: Vadim Konstantinovich Gaïdouk

Sa mère

Maria Omalievna Keller

Elle est Française et originaire de la ville d’Orléans. Elle est arrivée à Irkoutsk pour « enseigner le français à l’Institut des jeunes filles nobles ».
Mariée probablement en 1883/84,

Quatre enfants sont nés dans la famille :

• Margarita (1890-1959),

• Maria (1893 – 25 mai 1945),

• Nikolay et

• Ekaterina (décédée en 1980).

Elle se suicide par empoisonnement en 1903 à Irkoutsk. Elle a été enterrée au cimetière de Jérusalem… Vsevolod Nikolayevich a érigé une chapelle sur sa tombe, la lampe-icône a brûlé pour toujours sous l’icône de la Vierge.

Source: Vadim Konstantinovich Gaïdouk

Sa mère adoptive

Margarita Omalievna Keller

Soeur de Maria, donc aussi Française et originaire de la ville d’Orléans.

Immédiatement après une telle tragédie à Irkoutsk, Margarita Omalievna est venue d’Orléans pour élever les enfants. Elle était veuve sans enfants et rien ne la retenait. Elle est venue car elle les aimaient beaucoup. Elle ne connaissait pas le russe et par conséquent la maison était dominée par sa culture française.
Elle n’était pas indifférente à Vsevolod Nikolaevich Bochkarev mais personne ne connaît vraiment la vraie relation entre eux.

Des souvenirs de V.A. Gaïdouk :
“… En 1925 à Harbin il (Bochkarev Nikolai Vsevolodovich, le fils unique de V. N. Bochkarev), a eu une fille, et il a appelé Margarita Keller chez lui à Harbin pour l’élever et enseigner le français. …En 1926, elle part pour Harbin (voir Lexique)”.

Source: Vadim Konstantinovich Gaïdouk